Entrer en démarche développement durable, ou Responsabilité Sociétale dans votre entreprise ou votre organisation est une aventure: Vous y croyez, vous espérez que la démarche apportera un souffle nouveau, qu’elle mobilisera les troupes, qu’elle vous permettra de donner une meilleure image de l’entreprise à vos “parties prenantes”, et qu’ainsi vous, vos salariés, et votre entreprise contribuerez à l’amélioration des conditions de travail, des résultats économiques, sociaux, environnementaux etc… dans le monde d’aujourd’hui et en préparation de celui de demain.

J’ai bien résumé ? C’est en tout cas un beau programme.

Cela ne se fera pas sans transparence.

Même si vous êtes évalué “excellent” au tableau d’honneur de l’AFAQ 26000, vous devrez publier un rapport DD, avec si possible des indicateurs extra-financiers.

Si ces indicateurs sont universels, type GRI Global Reporting Initiative, c’est encore mieux. Vous pourrez alors les communiquer au groupe, qui les publiera, et vous permettra de comparer vos résultats avec ceux d’entreprises similaires (secteur d’activité, statut, nombre de salariés …).

Le GRI a publié des lignes directrices pour le reporting développement durable. Ce document est une mine d’informations et un guide pour choisir les indicateurs qui vous conviennent. Vous y trouverez également les principes de détermination de la qualité d’un rapport DD: l’équilibre, la comparabilité, l’exactitude, la périodicité et la célérité, la clarté et enfin la fiabilité. Le rapport peut également s’articuler autour de trois axes: La stratégie et le profil, l’approche managériale, et les indicateurs de performances (économique, sociale et environnementale).

Sur le site du GRI  www.globalreporting.org , vous trouverez également un document synthétique dénomé:

GRI et ISO 26000: pour une utilisation conjointe des lignes directrices du GRI et de l’ISO 26000.

Un véritable outil de travail pour tous ceux qui souhaitent pratiquer le reporting dans leur organisation.

Je vous le recommande vivement.

Bon courage.